Archives de catégorie : Pêche

La pêche de la dorade royale au tenya

A mi-chemin entre la pêche aux leurres et la pêche aux appâts, le tenya est une technique qui existe depuis longtemps pour la pêche des sparidés. Mais elle s’est démocratisée il y a maintenant 3-4 ans particulièrement en Bretagne pour la traque de la dorade royale. Pêche active, ludique et efficace, le tenya est à la portée de tous.

Thierry Cendrier Publié le 21-05-2020

Source:pêche.com

à lire ici:

https://www.peche.com/article/33818/la-peche-de-la-dorade-royale-au-tenya?utm_source=peche-hebdo&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter&utm_content=lien-article-image

Débuter la pêche en mer : comment choisir ses premiers leurres pour pêcher au lancer en mer ?

© Benjamin Le Provost

La confection d’une boite à leurres peut-être complexe pour un novice tant l’offre est large. Il est possible d’en constituer une en sélectionnant quelques leurres déclinés en tailles et coloris différents.

Benjamin Le Provost Publié le 21-04-2020

Après avoir vu dans les deux précédents articles comment choisir votre première canne pour pêcher au lancer en mer ainsi que le moulinet que vous allez y associer pour constituer un ensemble optimal, il vous faut à présent vous équiper en leurres.

Source:Peche.com

à lire ici:

https://www.peche.com/article/33644/debuter-la-peche-en-mer-comment-choisir-ses-premier-leurres-pour-pecher-au-lancer-en-mer?utm_source=peche-hebdo&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter&utm_content=lien-article-texte

La pêche du thon rouge au leurre – réglementation et matériel

La pêche du thon rouge au leurre – réglementation et matériel

Depuis peu, il est possible de capturer au leurre de gros thons rouges en Manche. Faisons le tour de la réglementation, du matériel nécessaire et de la technique que j’utilise pour trouver et capturer au leurre ce géant des mers.

Considéré par nombreux pêcheurs comme le plus puissant des poissons de pêche sportive, le thon rouge ou bluefin tuna fait rêver bon nombre d’entre nous. Jusqu’à présent, pour traquer ce poisson, il fallait se rendre à l’étranger souvent vers des destinations lointaines et onéreuses.

Benjamin Le Provost Publié le 20-03-2020

Source:Pêche en mer

à lire ici:

https://www.peche.com/article/33311/la-peche-du-thon-rouge-au-leurre-reglementation-et-materiel?utm_source=peche-hebdo&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter&utm_content=lien-article-texte

Ressources marines Un quart de surpêche !

Ressources marines Un quart de surpêche !

Ressources marines

Un quart de surpêche !

Publié le : 08/02/2020 

Selon l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), près de la moitié de la pêche française est exploitée durablement. Mais un quart des stocks de poissons sont encore surpêchés.

Pour la deuxième année consécutive, l’Ifremer a présenté l’état écologique des poissons pêchés en France. L’institut qui évalue aujourd’hui 160 stocks régionaux (deux fois plus qu’en 2000) estime que 49 % des volumes pêchés sont issus de populations exploitées durablement (c’est-à-dire sans affecter la capacité des adultes à se reproduire) contre 15 % il y a 20 ans. La mise en place de quotas et la réduction drastique des efforts de pêche ont porté leurs fruits et permis à certains stocks de se reconstituer. L’exemple du thon rouge est emblématique : après avoir failli disparaître au début des années 2000, le roi des thonidés a retrouvé son abondance, en Méditerranée comme en Atlantique, grâce à des mesures de gestion draconiennes. L’Ifremer met aussi en avant le succès des plans de gestion de la baudroie et du merlu dans le golfe de Gascogne et en mer Celtique ou des coquilles Saint-Jacques dans la Manche. Mais il reconnaît encore que de nombreuses zones d’ombres subsistent dans ce tableau. Les scientifiques de l’institut estiment que 26 % des populations sont surpêchées (c’est-à-dire que le prélèvement est supérieur à celui permettant le rendement maximal durable ou RMD), parmi lesquelles 3 % sont vraiment « dégradées » (notamment le chinchard Atlantique et le merlan en mer du Nord et Manche-Est), tandis que 2 % appartiennent à la catégorie la plus alarmante, celle des stocks effondrés. C’est le cas du merlan de la mer Celtique et du cabillaud de la mer Celtique et de la mer du Nord. Pour l’Ifremer, ce dernier a manifestement souffert de l’abandon du plan de gestion des pêches pour des raisons socio-économiques, alors qu’il avait permis de mettre un coup d’arrêt à l’effondrement de la biomasse dans les années 1970-2000. « Il faut des mesures de gestion, la seule autodiscipline des professionnels ne suffit pas », remarque Alain Biseau, biologiste à l’Ifremer.

Enfin, le dernier quart correspond à des populations pour lesquelles il n’existe pas suffisamment de données pour évaluer leur état de santé, car elles ne font pas l’objet de mesures de gestion. « C’est notamment le cas en Méditerranée où la plupart des écosystèmes sont mal en point », déplore Clara Ulrich, directrice scientifique adjointe de l’Ifremer.

Le changement climatique fait une entrée fracassante

Par ailleurs, l’institut travaille depuis de nombreuses années sur la diminution de la taille et du poids des sardines et des anchois dans les golfes du Lion et de Gascogne. « L’alerte a été donnée dès 2007-2008 par des pêcheurs méditerranéens qui ne parvenaient plus à commercialiser leurs sardines trop petites pour la conserverie », rappelle Martin Huret, chercheur en écologie marine. En l’espace d’une décennie, leur taille a diminué de 13 à 10 cm et leur poids moyen ne dépasse plus 10 g contre 30 g auparavant ! Résultat : les débarquements ont décliné de 20 000 à 2 000 tonnes par an. Dans le golfe de Gascogne, la situation est moins critique, car l’espèce Sardina pilchardus est naturellement plus grande dans l’océan Atlantique. Elle est tout de même passée de 18 à 15 cm, et son poids a diminué de moitié. Autre constat : ces petits poissons vivent aussi moins longtemps.

Pour expliquer cette évolution, les scientifiques privilégient le changement climatique. « Nos recherches ont permis de mettre de côté les effets de la pêche, les maladies et les prédateurs comme cause des difficultés rencontrées par les pélagiques dans ces zones », poursuit Martin Huret. L’impact de la température et de la nourriture semblent les facteurs les plus probables de la mutation de ces stocks. « Grâce à nos satellites, nous observons une diminution de l’abondance du plancton et aussi de sa qualité. Il est donc moins efficace pour la croissance de ces populations. » Le constat est d’importance car ces espèces pélagiques fonctionnent comme des lanceurs d’alerte. Vivant en bandes très denses, elles évoluent à la surface des océans et sont directement impactées par la dégradation du plancton. Le phénomène pourrait ultérieurement toucher directement ou indirectement d’autres espèces. « Dans la Baltique, les cabillauds sont devenus tout maigres, on dirait des sardines… », constate Clara Ulrich. Voilà qui n’est pas très rassurant pour l’avenir de la ressource halieutique !

L’objectif de la politique commune des pêches (PCP) était que 100 % des volumes pêchés dans les eaux européennes proviennent de stocks exploités durablement à l’horizon 2020. Pour sa part, la France en est loin, avec à peine 50 % de l’objectif atteint même si l’évolution globale est bonne. Les résultats fournis par l’Ifremer montrent aussi que les mécanismes de régulation de la ressource sont complexes et encore mal maîtrisés. Surtout lorsque les phénomènes liés au réchauffement climatique entrent en jeu. Il est certes vertueux d’inciter les consommateurs à pratiquer une consommation responsable des produits de la mer, mais cela risque fort de n’être qu’une goutte d’eau face aux bouleversements qui touchent nos mers et nos océans. N’en déplaise aux climatosceptiques qui verront malheureusement le résultat dans leurs boîtes de sardines. S’il en existe encore !

Source:quechoisir.org